Animé par les bibliothécaires "Lire et le dire" est un groupe ouvert et accueillant de grands lecteurs qui se réunit tous les mois.

En septembre, nous faisons ensemble une sélection de romans autour desquels nous échangeons durant l'année. Et c'est aussi l'occasion de partager vos coups de cœurs !

Le rendez-vous est fixé à la Médiathèque Marc-Ferro, dans la salle de travail du 2ème étage à 10h30 les samedis :

- 18 septembre

- 16 octobre

- 13 novembre

- 11 décembre

- 15 janvier

- 12 février

- 19 mars

- 9 avril

- 14 mai

- 11 juin

 

Cette année, les participants à la première séance ont choisi de lire les romans suivants :

La carte postale, Anne Berest, Grasset

En 2003, l'écrivaine reçoit une carte postale anonyme sur laquelle sont notés les prénoms des grands-parents de sa mère, de sa tante et de son oncle, morts à Auschwitz en 1942. Elle enquête pour découvrir l'auteur de cette missive et plonge dans l'histoire de sa famille maternelle, les Rabinovitch, et de sa grand-mère Myriam qui a échappé à la déportation.

La danse de l'eau, Ta-Nehisi Coates, Fayard

Né esclave en Virginie, le jeune Hiram Walker a été dépouillé des souvenirs qu'il avait de sa mère le jour où celle-ci a été vendue, ne gardant d'elle qu'un mystérieux pouvoir capable de lui sauver la vie. Tandis qu'il s'enrôle dans la guerre clandestine opposant les maîtres aux esclaves, son périple le mène des plantations du sud des Etats-Unis jusqu'aux grands espaces du Nord. Premier roman.

La définition du bonheur, Catherine Cusset, Gallimard

A Paris, Clarisse est une passionnée de voyages et une grande amoureuse mais elle cache une faille. A New York, Eve oscille entre raison et déraison mais vit une relation profonde avec son époux. Leurs histoires s'entremêlent sur plusieurs décennies autour d'un secret qui les lie.

Enfant de salaud, Sorj Chalandon, Grasset

Toute son enfance, Sorj a écouté les exploits de son père Jean, résistant pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais un témoignage contradictoire chamboule tout et révèle un passé collaborationniste glaçant.

Klara et le soleil, Kazuo Ishiguro, Gallimard

Klara est un robot ultraperformant, créé pour tenir compagnie aux enfants et aux adolescents. Elle est exposée dans la vitrine d'un magasin d'où elle observe les passants en attendant d'être choisie. L'occasion se présente enfin mais l'humanoïde pourrait déchanter.

Memorial drive : mémoires d'une fille, Natasha Trethewey, Ed. de l'Olivier

Un récit intime dans lequel l'auteure compare son propre destin avec celui de sa mère Gwendolyn, assassinée le 5 juin 1985 par son second époux Joel, un vétéran de la guerre du Vietnam. Ce récit entremêle la trajectoire des femmes de sa famille et celle d'une Amérique meurtrie par le racisme.

La porte du voyage sans retour ou Les cahiers secrets de Michel Adanson, David Diop, Seuil

Au XVIIIe siècle, Michel Adanson, un jeune botaniste, arrive sur l'île de Gorée, surnommée la porte du voyage sans retour. Venu étudier la flore locale, ses projets sont bouleversés lorsqu'il apprend l'histoire d'une jeune Africaine, promise à l'esclavage, qui se serait évadée. Adanson part à sa recherche, suivant les légendes et les contes que la fugitive a suscités.

Poussière dans le vent, Leonardo Padura, Métailié

Les péripéties d'un groupe d'amis à Cuba durant la seconde moitié du XXe siècle. Devenus médecins, ingénieurs ou éditeurs, ils subissent les conséquences de la chute du bloc soviétique et s'exilent à Miami, New York, Buenos Aires ou encore Madrid. Prix Transfuge du meilleur roman latino-américain 2021.

Premier sang, Amélie Nothomb, Albin Michel

Rendant hommage à son père décédé pendant le premier confinement imposé durant la pandémie de Covid-19, l'écrivaine prend pour point de départ un événement traumatisant de la vie du défunt pour se plonger dans ses souvenirs d'enfance. Alors qu'il est militaire et qu'il négocie la libération des otages de Stanleyville au Congo, Patrick Nothomb se retrouve confronté de près à la mort.

Seule en sa demeure, Cécile Coulon, l'Iconoclaste

Au XIXe siècle, Aimée, 18 ans, épouse Candre Marchère et s'installe au domaine de la Forêt d'Or. Très vite, elle se heurte au silence du riche propriétaire terrien du Jura et à la toute puissance de sa servante, Henria. Elle cherche sa place dans cette demeure hantée par le fantôme d'Aleth, la première épouse. Jusqu'au jour où Emeline, venue donner des cours de flûte, fait éclater ce monde clos.